saaid.net
::  :: ::   :: ::   :: ::   :: ::   :: ::  :: ::  ::
  • -
  • -
  • -







  • Une Lacit Double-face

    par Dr.Zeinab Abdelaziz
    Professeur de civilisation Franaise

     
    Il n'est pas lieu ici de discuter du sens ou de l'histoire du terme "lacit", puisqu'il y a un minimum de signification partag par tous les lecteurs, ne serait-ce que cette modeste notion de sparation des Eglises de l'Etat. Mais lorsque la lacit devient institutionnelle, moyen de stigmatisation ou de diversions et d'infractions rvlatrices de la part de l'Etat contre les musulmans, un arrt s'impose.

    Partant du fait qu'une rpublique laque se doit de prserver la sphre publique de toutes sortes de communautarismes, pour ne pas plonger dans un damier cloisons tanches, et de la ncessit de permettre tous les individus, en tant que citoyens et sans exception, de choisir leurs appartenances ou non-appartenances tous les domaines et de pouvoir pratiquer librement leur croyance, il serait peut-tre utile de souligner que depuis quelques dcennies on assiste des tentatives burlesques pour dfinir la lacit et son drapage pour l'affubler d'une suite d'pithtes ne citer que la lacit ouverte, plurielle, rnove, apaise, toilette, pour aboutir la fameuse lacit positive, lance par le Prsident de la Rpublique ! Inutile d'ajouter que tout cela dnote d'une certaine casuistique derrire laquelle on essaye de camoufler un retour indniable la prsence de l'Eglise catholique dans la sphre de la Rpublique franaise, qu'elle n'a jamais quitt d'ailleurs, pour ne pas dire son ingrence claire et/ou masque. C'est pourquoi citer les grandes dates semble ncessaire :

    Sous la troisime Rpublique, la lacit est devenue un moyen d'organisation de la socit qui mne la neutralit des pouvoirs spirituels et religieux par rapports aux pouvoirs politiques, administratifs ou civils, pour lutter contre l'influence du clerg, des mouvements et des partis religieux sur les champs publics. Elle est donc fonde sur le principe de sparation juridique des Eglises de l'Etat par la loi de 1905. Cette sparation a comme consquence essentielle la neutralit de l'Etat en matire religieuse. Il n'y a donc aucune religion privilgie, aucune hirarchie entre les croyances. Car l'article 10 de la Dclaration des droits de l'homme (1789) institue la libert religieuse et mentionne : "Nul ne doit tre inquit pour ses opinions, mme religieuses". De mme, la Constitution franaise (1791) tablit la libert des cultes et accorde des droits identiques aux religions prsentes l'poque.

    Un sicle plus tard, en 1881-1882, les lois Jules Ferry instituent l'instruction laque gratuite et obligatoire. En 1905, la loi de sparation des Eglises de l'Etat prcise en l'article 2 : "La Rpublique ne reconnat, ne finance ni ne subventionne aucun culte". En 1959, la loi Debr accorde des subventions aux coles prives qui sont sous contrat avec l'Etat. En 1989, la loi Jospin prcise dans l'article 10 "que dans les collges et les lyces, les lves disposent, dans le respect du pluralisme et du principe de neutralit, de la libert d'information et de la libert d'expression".

    Cette loi a permis la ralisation d'un pas concret contre la discrimination qui existait l'encontre des franais(es) qualifis de "seconde zone" ou de "banlieusards", et a men l'apparition du foulard faussement nomm "islamique" dans les coles, car en ralit c'est une obligation morale et non religieuse, le foulard pouvant tre port par une femme de n'importe quelle appartenance religieuse, tandis que la croix ne peut tre porte que par une chrtienne, et la kippa ne peut tre port que par un juif. Quelques annes plus tard, le 15 mars 2004, fut forge une loi scandaleuse et discriminatoire rglementant le port de signes religieux "ostentatoires" l'cole pour contrecarrer l'enseignement des jeunes musulmanes. C'tait la premire fois que la pratique d'une obligation morale de l'Islam soit attaque en France. Ce qui fait penser instantanment la Reconquista lorsque l'Eglise catholique a interdit toute autre religion, car dnoncer le port du voile, du foulard ou quelque soit le nom qu'on lui donne, finira par aboutir l'interdiction de toute pratique de l'Islam...

    L on ne peut que montrer combien la Rpublique se laisse nettement infoder par la politique vaticane, ne citer que l'exemple de l'enseignement que cette Institution a impos en Ouganda. De pays grande majorit musulmane, l'Ouganda eut sa classe dirigeante chrtienne aprs la colonisation. De parmi les nouveaux changements imposs, l'enseignement universitaire passa de la gratuit aux frais qui dpassent de loin les moyens d'une population qui crie misre. Pour seconder et favoriser l'implantation des sujets chrtiens comme cadres dirigeants, l'glise assume les frais universitaires de ses adeptes, de sorte qu'il n'y a presque pas ou de rares agrgs musulmans. Comme rsultat direct, la classe dirigeante et les hauts fonctionnaires du pays sont en leur immense ou totale majorit des chrtiens. Inutile d'aborder tout ce qui s'ensuit d'une situation aussi infme, raciste et inhumaine. Malheureusement, la France, la fille ane de l'Eglise va dans le mme sillon en empchant les musulmanes de suivre leur enseignement cause d'une tenue de pudeur morale, pour ne pas dire cause d'un morceau de tissu, et continue agir avec cet arrire fond de pays colonisateur, souffrant d'un inconscient collectif o la subjectivit se mlange aux vnements historiques rvlant quel point la France possde un long pass de lutte et de guerre contre les peuples musulmans. N'est-elle pas l'origine des trois croisades qui se sont soldes en checs et en des frustrations face l'Islam et aux musulmans, quoi s'ajoute la colonisation de l'Algrie en 1830, les colonies d'Outre-Mer et la Campagne de l'Egypte qui perdurent sous d'autres formes et d'autres appellations, ?!

    Une lacit est suppose garantir la libert de conscience. A ce titre, elle signifie que l'Etat ne peut pas imposer une religion, pas plus qu'il ne peut l'interdire : n'tant pas antireligieuse, elle est anticlricale, c'est--dire oppose la domination des religieux, - ce dont la France a amplement souffert jusqu'aux pires des abus, d'o la loi 1905 tait une ncessit, dcrte par un Congrs international tenu Paris et prcd d'une suite de Congrs internationaux pour la mme cause. La prsence de l'Inquisition en Europe et surtout en France ds le XIII sicle a laiss ses mmoires sanglantes. L'Edit de Nantes (1598) qui reconnat la libert de choix de la religion pour les franais, succda aux massacres de la Saint Barthlemy de 1572, journe au cours de laquelle 3500 personnes ont trouv la mort pour leur foi.

    En transcendant et en dfinissant les conditions de la libre affirmation des croyances et de leur coexistence pacifique, la lacit doit tre un facteur essentiel de la paix civile. Cependant, les dtournements successifs de la loi 1905 rvlent tout une liste d'infractions, ne citer titre d'exemples : les vacances scolaires en France qui sont rgles sur les ftes religieuses du christianisme ; les jours fris aussi ; le denier de Saint Paul ; la non remise en cause du statut particulier de l'Alsace-Lorraine et de la Moselle, o les cultes reconnus par le Concordat ont un caractre public et les ministres des cultes reoivent un traitement de l'Etat, o l'enseignement religieux est prsent aux trois niveaux primaire, secondaire et suprieure. Ce qui veut dire que ni la lacit ni la sparation de l'glise et de l'Etat ne s'appliquent dans ces dpartements. Pour ne rien dire de la prsence du crucifix dans les coles publiques, certaines cliniques ou hpitaux, de l'octroi de subventions publiques et des dductions fiscales en faveur de l'Eglise catholique et la dfiscalisation complte des curs, ou encore la mise en berne des drapeaux sur les difices publics pour la mort du Pape Jean-Paul II, et surtout le dcret du 16 avril 2009 entrinant laccord entre la Rpublique franaise et le Saint-Sige (du 18.12. 2008) relatif la reconnaissance des grades et des diplmes dans lenseignement suprieur qui constitue une atteinte au principe de lacit. Car selon cet accord, les diplmes dlivrs par les instituts denseignement suprieur contrls par le Vatican seront reconnus en France au mme titre que les diplmes dlivrs par les universits publiques. Larticle premier de laccord dfinissant son objet entre la Rpublique franaise et le Vatican est trs clair en parlant de rciprocit!
    La toute rcente infraction : le lancement du premier mensuel catholique gratuit en France intitul L'Invisible. Son premier numro (fvrier 2010) a t tir 200 000 exemplaires, reprsente une nette violation de la dite lacit. Visant faire dcouvrir l'univers du christianisme (la foi, l'Eglise, la culture), L'1visible sera disponible, selon la rclame qui l'accompagne, dans des lieux de passage pour toucher le maximum de personnes (grandes surfaces, gares, aroports mais aussi dans la rue, les botes aux lettres et dans les paroisses). Dans un monde qui arrive au bout de sa logique matrialiste ne faut-il pas laisser les questions spirituelles s'inviter dans l'espace public, d'une faon simple et dcomplexe ? poursuit l'annonce qui vise la rvanglisation de la France. Acte de proslytisme flagrant qui ne peut tre ralis sans le consentement officiel de la Rpublique. Mais la liste ne s'arrte pas l.
    Bien que la Constitution de 1946 dfinie la France comme tant une "Rpublique dmocratique, sociale et laque", le 13 juin 2006 le Conseil de Paris a vot que la place publique du parvis de Notre-Dame soit dnomme "Notre-Dame place Jean-Paul II". Le 3 septembre 2006, Delano, le maire de Paris, s qualit, et les cardinaux Vingt-Trois et Lustiger, s qualit, ensembles tous les trois ont inaugur la nouvelle place dans une crmonies officielle, ce qui est une violation flagrante de la dite lacit. Faut-il rappeler la longue marche obstinment dclare de ce Jean-Paul II pour l'vanglisation du monde, y compris d'imposer le catholicisme en France avec son exclamation : "France, souviens-toi de ton baptme" ! Exclamation qui sera dveloppe et enfonce par son successeur avec sa fausse qualification de " racines chrtiennes de l'Europe" car les racines de l'Europe ne sont pas seulement chrtiennes car l'Islam y participa le long de huit sicles. Dans une socit multiculturelle et laque, il est absurde et irresponsable d'imposer une seule spiritualit. Et la liste des infractions continue :

    Lors de son discours au Vatican, le 20 dcembre 2007, Nicolas Sarkozy qui recevait son titre de Chanoine Honoraire de l'Eglise Saint-Jean-de-Latran, porta largement atteinte la sainte lacit en citant l'encyclique Spe Salvi sur l'esprance de Benot XVI, puis en avouant que "l'homme qui croit, c'est l'homme qui espre, et l'intrt de la Rpublique c'est qu'il y ait beaucoup d'homme et de femmes qui esprent" ; que "l'instituteur ne pourra jamais remplacer le cur ou le pasteur" ; que "la morale religieuse et la morale laque sont complmentaires" Prsident d'un Etat officiellement laque, ou de la Rpublique la plus laque au monde, il n'a pas le droit, sur le plan de la lgalit constitutionnelle, d'afficher ostensiblement ses convictions personnelles, tant sens reprsenter tous les franais, ni de hirarchiser ses options confessionnelles, ni de se laisser confiner dans un rang hirarchiquement subalterne celui du Pape ! Cela n'empche que cet loge dclar du christianisme tient non seulement du proslytisme, mais semble ignorer, en couvrant de louanges, la page noire sombre du Clerg dans son alliance avec la monarchie absolutiste et l'pope sanglante du colonialisme.

    En rponse, Benot XVI invite les responsables politiques croyants rendre manifeste la foi qui inspire leur action. Fort d'un pass que nul n'ignore, la mainmise de l'Eglise Romaine en France qui atteint son apoge au Moyen-ge avec le Saint-Empire Romain-Germanique qui, lorsqu'un empereur voulu se rebeller, deviendra proverbial en allant Canossa o il fut laiss trois jours sur la neige comme signe d'humiliation. A la chute de l'Empire Romain, l'Eglise catholique s'empare de tous les pouvoirs temporels et spirituels, possde terres et richesses, mais surtout s'accapare la pense des hommes et la dirige avec un obscurantisme tenace, soutenu par l'Index (catalogue des livres interdis), promulgu par le Concile de Trente en 1563 et qui ne sera annul qu'en 1965, oui, en mille neuf cent soixante cinq, et par la condamnation des droits de l'homme en 1864 avec le Syllabus. Il faudra attendre jusqu' la Renaissance pour que des voix osent commencer s'lever.

    Cependant, le dfi le plus clatant du Pape fut sa fameuse confrence Ratisbonne, une confrence qui vise la reconqute de l'Europe, menace dit-il, de l'Islam et de l'loignement du religieux, oubliant que l'Islam a t diabolis l'chelle internationale par la politique tasunienne qu'il appuie intensment. En ayant recours un nonc qui manque de vracit, datant du XIV sicle et crit de mmoire en une poque de proslytisme chrtien, pour servir d'un vrai rquisitoire anti-musulmans, il accrdite la diabolisation de l'Islam, mettant en relief Terreur, Terrorisme et Terroristes, et se lance en mme temps clbrer les vertus du christianisme lev sur la raison ! Fuite de mmoire ou manque de connaissances ? Il est dcevant de voir le Chef de l'Eglise, menant sous sa baguette plus d'un milliard et demi d'adeptes, qui ignore les cruauts et les oppressions meurtrires commises par son Institution. Lorsqu'on passe en revu tant de sicles de massacres, ayant limin des millions de personnes par un christianisme sanguinaire, autoritaire et obscurantiste, puis le voir qualifi de "mariant le meilleur de la raison au meilleur de la foi", on ne peut que voir clairement la vise d'une telle attitude, le vritable but de cette confrence : lancer une nouvelle croisade contre l'Islam et la rechristianisation de l'Europe, commencer la France, la fille ane, en drapant le catholicisme de tous les honneurs de la raison.

    C'est une vraie croisade europenne et mondiale contre l'Islam que le Vatican s'vertue et se comporte. Il suffit de penser tous les Congrs, Colloques et Synodes, entrepris surtout aprs Vatican II et son inbranlable volont d'vangliser le monde, pour consolider son impitoyable mainmise, ne citer que le Synode de l'Afrique, en 2009, et celui du Moyen-Orient prvu pour le mois d'octobre prochain.

    Face tant de haine faonne et impose avec prmditation, face cette volont de fer d'radiquer l'Islam et les musulmans, sous prtexte de sa "menace", on ne peut que souligner d'abord que l'Occident chrtien ne s'est pas loign de sa religion cause de l'Islam, mais parce qu'il a dcouvert depuis le sicle des Lumires, et bien avant, toutes les manipulations et les contrefaons qui ont faonn ce christianisme impos au fil de l'pe. Dcouverte qui va s'accentuant de la part de ses propres adeptes commencer par les pres de l'Eglise.

    En essayant de voir ou de trouver la raison de cette "menace", de tant de haine ou d'animosit, on ne peut que prsenter cet Islam en quelques phrases et mettre en relief ses composantes pour voir si vraiment il est form de Terreur et de Terrorisme :

    L'Islam est la seule religion parmi les monothismes rester intact, tel qu'il fut Rvl. C'est une Religion intgrale, qui ne connat point de dogmatisme irrationnel, qui traite de tout ce qui concerne la socit humaine, comprenant des directives cultuelles, sociales, conomiques, politiques et militaires. L'Islam est une Religion et un Systme social, intrinsquement lis en une juste mesure ; une lgifration Divine gnrale et un mode de vie, qui mettent l'accent sur des principes fondamentaux, immuables, qui rgissent la vie de l'homme dans ses deux secteurs : le spirituel et le matriel. C'est une mouvance l'intrieur d'un rglement stable, autour d'un pivot stable : Le Qur'n. Cette stabilit vient du fait que ces rglements ne changent point avec le changement des "aspects" de la vie raliste ou des positions pratiques, car tous ces changements demeurent rgis par les valeurs stables, immuables, des rgles dont la stabilit est l'essence mme de l'Oeuvre Divine. C'est juste le contraire de "fixit".

    Il reprsente en fait une alternative la grande dception que vit l'Occident chrtien. Car l'Islam et le seul parmi toutes les religions qui a la caractristique de grer les relations entre les individus eux-mmes dans une socit, sans distinctions entre les croyances qui la composent. Il reconnat le libre arbitre individuel, et chaque musulman qui a en mains le Texte qui lui montre le bien et le mal, le licite et l'illicite, n'a de comptes rendre personne d'autre qu' Dieu, c'est pourquoi la pudeur est une qualit essentielle de l'Islam, la pudeur sous toutes ses formes et toutes ses applications.

    Est-il lieu d'ajouter un mot la Rpublique franaise : un peu de pudeur fille ane de l'Eglise, "au lieu d'attiser la haine et les prjugs antimusulmans, comme dit le New York Times le 27.1.2010, au lieu de surenchrie et de jeter de l'huile sur le feu, applique tes prceptes acquis au prix du sang et de la vie de milliers de tes militants, applique juste titre la Libert, L'galit et la Fraternit parmi tous tes citoyens sans la moindre discrimination. C'est alors seulement que ta lacit sera une, intgrale et respectable.

    2 fvrier 2010


    http://www.liberation-opprims.net



     

                
    Dr.Zeinab
  • Franais