saaid.net
::  :: ::   :: ::   :: ::   :: ::   :: ::  :: ::  ::
  • -
  • -
  • -







  • Suite la lettre ouverte sur :
    La loi anti-foulard !

    par Dr.Zeinab Abdelaziz
    Professeur de civilisation Franaise

     
    La loi anti-foulard

     Monsieur Jacques Chirac,
    Chanoine dhonneur en la Basilique Saint Jean de Latran,
    Prsident de la Rpublique laque franaise.

    Lallure acclre des procds concernant lintronisation de la loi anti-foulard mincite vous importuner, encore une fois, puissent les claircissements qui suivent aider une reconsidration de toute cette situation.

    Le mercredi 7 janvier, le texte de la loi anti-foulard a t rendu public. Transmis pour examen au Conseil dEtat, lundi 5 janvier, il sera prsent le 28 janvier en Conseil de ministres et examin par lAssemble nationale dbut fvrier. Lexpos des motifs tient la smantique prsidentielle, reprend plusieurs reprises les termes exacts de votre discours du 17 dcembre 2003, exprimant vos souhaits lgard du choix faire, et prcise que les signes ostensibles sont : les signes et tenues dont le port conduit se faire reconnatre immdiatement par son appartenance religieuse (...) : le voile islamique quel que soit le nom quon lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive

    Le projet de loi naborde pas la question des tablissements franais ltranger. Appliquer le principe dinterdiction ou se conformer au droit local ? Mais lAgence pour lenseignement franais ltranger ( AEFE ), organisme charg de grer le rseau de 400 coles, collges et lyces hors de France, explique : La rgle gnrale est que le droit local sapplique, mais que les tablissements peuvent prvoir une application stricte dans le cadre de leur rglement intrieur

    De mme, la loi sera applique dans lensemble des dpartements franais doutre-mer : Guadeloupe, Guyane, Martinique et Runion, en passant par lAlsace et la Moselle dabord, en exceptant la Polynsie franaise et en faisant une rfrence explicite Wallis-et-Futuna.

    Le projet de loi compte trois articles, qui jettent un peu plus de lumire sur les intentions relles : linterdiction des signes religieux ostensibles, dans les coles, les collges et les lyces ; la mise en vigueur la rentre prochaine ; et, lapplication de cette loi Wallis-et Futuna, en Nouvelle-Caldonie et Mayotte, o la population est 97 % musulmane ! Pourquoi aller si loin ? Agresser lobligation morale dune majorit crasante, pour prserver lallergie injustifie dune minorit aussi infime, tient dun parti pris prmdit, mal orient, et prouve, srement, que ce nest pas le foulard qui gne, mais lIslam.

    Permettez-moi, Monsieur le Prsident, de relever quelques points, outre la rapidit avec laquelle cette loi a t rdige et prte imposer. Rapidit qui rvle quil sagit manifestement dune opration politique, vaticane, et non de vraie lacit. Ce sont : le voile islamique, les tablissements franais ltranger, lensemble des dpartements franais doutre-mer, et la politique en cours.

    1 - Le voile islamique
    Lexpos des motifs comporte une discrimination fort rvlatrice, puisque cest du voile islamique quil sagit, quel que soit le nom quon lui donne , alors que la croix est permise, condition quelle ne soit pas de dimension manifestement excessive ! Que la croix soit petite ou de format dmesur, est-ce que cela change en quoi que ce soit le fait que cest un signe dappartenance religieuse ? La seule vue de la croix prcise catgoriquement la confession, tandis que le foulard, comme je lai dj signal dans la lettre prcdente, peut tre port par toutes les femmes, quelle que soit leur confession.

    2 - Les tablissements franais ltranger
    Mme si le projet de loi naborde pas le statut de ces tablissements, lexplication de texte avance par lAgence qui les gre, dnote du mme parti pris discriminatoire, puisquelle leur accorde la possibilit de contourner la rgle gnrale du droit local et de prvoir une application stricte dans le cadre de leur rglement intrieur Ce qui permet un biais pour imposer cette loi, mme dans les lyces franais en Egypte ou ailleurs, ouvrant ainsi une brche pour dautres interventions et dautres concessions polarises...

    3 - Les Dpartements franais doutre-mer
    Les rdacteurs de ce projet de loi ignorent-ils le nom exact de ces dpartements doutre-mer ? Ce sont des colonies, des colonies qui datent du temps de la politique dannexion force, mene par Louis XIV. Leur statut de dpendance la France a t renouvel ou lgalis dans les annes 195O, lors de la vague du partage du monde entre colonisateurs. La prsence de ces colonies ne gne-t-elle pas ou ne porte-t-elle pas grossirement atteinte aux trois piliers de la lacit, ne citer que la libert, ou bien la canne sucre, le rhum, le nickel et autres intrts priment-ils sur les acquis de la Rvolution franaise ? ! En quoi le foulard de ces habitants doutre-mer, gne-t-il la France, situe quelques milliers de kilomtres ? !

    4- La politique en cours
    Que ce soit la loi, son projet, ses prparatifs ou ses vises, le tout dcoule dune politique inquitable et polarise. Une politique justifie, peut-tre, par les titres de vos doubles fonctions de Chanoine dhonneur et de Prsident dune Rpublique laque. Mais cest une attitude qui dmontre quel point lIslam nest pas tolr : Lors de votre visite au Vatican, le 20 janvier 1996, (premire visite officielle depuis celle de De Gaule, en 1959) vous avez insist sur le caractre chrtien de la France, fille ane de lEglise, par sa fidlit catholique et par son dynamisme missionnaire Le discours se termine sur la Sainte alliance de la France et du Vatican, en prcisant : Voil pourquoi la France et le Sige Apostolique ont vocation travailler ensemble, toujours plus troitement , en concluant par des vux pour laccomplissement des desseins de Son pontificat

    Intronis Chanoine dhonneur en la Basilique de Saint Jean de Latran, vous avez prcis que votre prsence tait le gage de relations fcondes, de relations poursuivre et nourrir entre la France et le Saint-Sige en mme temps quentre lEglise et lEtat Cest justement ce que vous tes en train de raliser, nonobstant la sainte lacit !

    Une dclaration dallgeance aussi nettement exprime lgard de lEglise, nest pas de mise, me semble-t-il, avec un pays qui insiste avec pompe sur sa lacit, sur sa sparation du politique et du religieux. Ce ntaient point l des formules de simple courtoisie, mais une politique dEtat, puisque Monsieur Pierre Morel, Ambassadeur de France au Vatican, dclara dans son discours dentre en fonction, que votre prsence, en tant que Chef dEtat se veut bien davantage que la seule perptuation dune ancienne tradition. Elle entend tmoigner de la fidlit de mon pays, dit-il, ses origines, aux sources de sa culture et de sa civilisation , et de conclure en insistant sur le dpassement dun blocage ancien autour de ce que nous appelons la lacit !

    Dans un entretient accord le 20 novembre 2001 au journal catholique La Croix, le Premier ministre Lionel Jospin dit distinctement : Aprs 1988, ministre de lducation nationale, jai veill, quand nous avons fait la rforme des rythmes scolaires, et la demande de mes interlocuteurs catholiques, ce que cela naffecte pas le catchisme

    De ce qui prcde, souligner la fidlit catholique de la France, son dynamisme missionnaire , et ses vux pour laccomplissement des desseins de Jean Paul II, prouve incontestablement le rle contradictoire dune politique abusive, dune double appartenance, qui ne peut servire un matre sans porter atteinte lautre. On ne peut tre fidle deux voies aussi antagonistes. Dpasser un blocage veut dire surmonter sa raison dtre, qui est ici ce que vous appelez la lacit. Les desseins de Jean Paul II, eux, sont avous sans le moindre dtour : lvanglisation du monde. Cest bien dans ce gouffre que vous poussez le monde.

    La fidlit catholique de la France et son dynamisme missionnaire lui font assumer les deux tiers de la charge des missions de par le monde, pour ne rien dire des bleus de la loi de finances. Il est clair que la France nest plus tout fait laque : La lacit de combat, inspire par lanticlricalisme dcline subrepticement, se meurt lentement mais srement, car une lacit ouverte, probe et consquente avec ses critres, exige un traitement quitable lgard de tous les cultes, sans la moindre diffrentiation.

    Honorable Chanoine et Monsieur le Prsident, permettez-moi dajouter, propos de ce malaise indigeste, caus par le voile islamique, considr comme signe ostentatoire : Que diriez-vous alors des signes vraiment ostentatoires, pour ne pas dire provocateurs, qui nous sont politiquement imposs ? Cits titre dexemples : les cloches des glises qui carillonnent chaque matin ; la messe du dimanche tlvise chaque semaine ; et celle de minuit Nol, pour ne rien dire du dcorum qui scintille dans les rues et dans les tablissements ; le dveloppement inou du nombre des glises ou de leurs rcents agrandissements, qui dpassent de loin le nombre de leurs adhrents ; les missionnaires qui sillonnent le pays en toute libert, sans la moindre vergogne ou la plus futile des entraves ; le Nol copte, du 7 janvier, dernirement impos comme Fte nationale et jour fri, en Egypte, terre dIslam et pays dAl-Azhar, o la minorit chrtienne, toutes les confessions contraires comprises, est bien moindre que la minorit musulmane en France ?! Pleurer la tolrance ou accuser la discrimination ? Navons-nous pas le droit dagir de mme, comme vous le faites, et dinsister, par tous les moyens, pour liminer ces signes, ne serait-ce qu titre de rciprocit et dgalit humaine ? !

    Arracher une permission polarise davance, pour prescrire une loi prfabrique et prte imposer, une loi contraire nos principes moraux et culturaux, et qui, avant mme dtre approuve, inclut dj les femmes fonctionnaires, de confession musulmane, et incite dautres pays europens suivre le mme pas, sappelle une gageure. Est-ce un geste qui porte honneur votre pays, sa lacit, sa tolrance et ses critres de libert, dgalit et de fraternit ou bien passe-t-il dans le cadre de lvanglisation du monde, auquel les meneurs du jeu ont fix cette dcade pour la terminer ? Le titre honorifique que vous portez vous permet, srement, une connaissance beaucoup plus approfondie que la mienne. Mais l, un commentaire simpose : ce nest pas une Europe au service de tous les citoyens que vous uvrez, comme vous le dites dans vos souhaits de nouvel an, aux Franais, mais une Europe vaticane. Une Europe discriminatoire, raciste, qui ne connat la moindre notion de tolrance, et qui ne connat mme pas les arrires-fonds historiques de sa propre confession.

    Au lieu de nourrir et dencourager tant de haine contre lIslam et les musulmans, nest-il pas plus correct de penser, de se ressouvenir, au moins, de tout ce qui a caus lathisme et la lacit en Europe, de rviser cette page noire de christianisme avant de nous imposer une religion que personne au monde ne sait, autant que vous, europens, combien elle a t manipule par le fanatisme ecclsiastique travers les Conciles, le long des sicles. Ce nest point une critique, mais une vrit qui nous blesse, de vous voir si obstinment rsolus nous christianiser.

    De cette page alourdie de sang et de tristes vnements, je ne cite que la dification de Jsus-Christ, au premier Concile de Nice, en 325, et la formation de la Trinit au Concile de Constantinople, en 381. Passion et Rdemption nont t ajoutes quau Ve sicle. Ce qui constitue un retour catgorique au polythisme, au paganisme, et reprsente la vraie barrire ou lirrmdiable et infranchissable fissure entre le Christianisme et lIslam. Fissure aggrave par le long labeur de sape effectu par les orientalistes, qui sappliqurent patiemment et savamment dnaturer lIslam, ds sa Rvlation, jusqu nos jours. Pour ne rien dire de toutes les orientations dictes aux missionnaires pour guider leur travaille de christianisation. Un travail bas sur lhypocrisie et le contournement.

    Ce sont ces dviations foncires du monothisme qui ncessitrent la Rvlation de lIslam. La clart de ses prescriptions divines revient au fait quil ny a point d alchimie impose par un obscurantisme quelconque, point de messianisme, point dhistoire organise, remanie, rajuste ou manipule, point de messie, de mdiateur ou de mdiation ourdie, point de rdempteur ou de rdemption invente de toute pice ! Rien de toutes ces machinations ecclsiales. Un simple choix faire entre le bien et le mal, entre le licite et lillicite, entre le chemin de rectitude, nettement prescrit, et une tortuosit louvoyante. Un choix perptuel que doit faire chacun des tres humains, et qui le place tout seul, face son Crateur, nayant que ses propres actions, dlibrment choisies, pour passer son examen du Jugement Dernier.

    LIslam marque une distinction absolue entre la Transcendance dAllah et tout le reste des univers. LIslam nous impose le devoir de vnrer tous les Prophtes qui ont prcd Muhammad (et non le Mahomet francis), sinon nous manquons notre foi. Vnrer Jsus, le Prophte, qui nest venu que pour les brebis gares de la maison dIsral (cf. Nouveau Testament et Quran) et sa mre, la trs sainte, qui se prserva de toute souillure, fait partie intgrante de notre foi. Aucun Livre sacr, mme le Nouveau Testament, malgr sa rdaction travers les sicles, ne lui accorde une place aussi distingue dentre toutes les femmes de la terre ! Aucun Livre sacr ne leur accorde, tous deux, une place aussi privilgie. Le vrai problme caus par le Quran est quil dnonce toutes les manipulations effectues par le fanatisme ecclsial. Il nest dailleurs pas le seul le faire, sinon lEurope naurait pas connu athisme et lacit...

    Les vrais problmes qui ravagent le monde, la faim, la misre, les pidmies, les problmes de lenvironnement, la course aveugle larmement, les arrogantes rodomontades de la politique internationale, la myopie obstine vouloir imposer tout le monde un seul systme politique, social, conomique, culturel et religieux, sous titre de mondialisation, pour la simple raison dune prtendue supriorit matrielle, tout cela, et la liste est bien plus longue, ncessite vraiment que lon monopolist gouvernements et parlements, pour trouver des solutions radicales, humaines, et non un pauvre petit foulard qui ne touche en rien la lacit.

    En remerciant votre patience pour la lecture, croyez-moi, Monsieur le Prsident, je ne trouve pas de mots pour exprimer la dception, la dsillusion et lhumiliation de voir la France, tellement chrie dans nos curs et idalise dans nos esprits, aller au bord dun tel abme ! Cest peut-tre facile dire, mais le bouleversement que cela nous cause est vraiment triste vivre. Puisse la mditation impartiale de cette lettre vous porter conseil...

    Veuillez agrer, Monsieur le Prsident, lhommage de mon profond respect.

    Zeinab ABDELAZIZ
    Professeur de Civilisation franaise

    Le Caire, le 13 janvier 2004



     

                
    Dr.Zeinab
  • Franais